Eugène PereireIngénieur, administrateur de sociétés, député du Tarn.
Né à Paris le 1er octobre 1831, mort à Paris le 20 mars 1908.

Fils d'Isaac et neveu d'Emile Pereire, il étudie à l'Ecole centrale après avoir été l'élève du lycée Bonaparte-Bourbon. Il en sort en 1852 avec un diplôme d'ingénieur. Il est d'abord attaché à l'administration du Crédit mobilier puis à celle des chemins de fer du Midi. Il publie en 1856 ses Tableaux sur les questions d'intérêts et de finances. Envoyé par son oncle et par son père dans la péninsule ibérique, il est chargé de mettre en place le Crédit mobilier espagnol et la Compagnie des chemins de fer du Nord de l'Espagne. A son retour, il s'occupe de la Compagnie générale des omnibus. Il siège dans neuf conseils d'administration et au Conseil supérieur de l'Assistance publique.
Propriétaire du château d'Aiguefonde dans le Tarn, il se présente aux élections législatives de 1863 dans la deuxième circonscription de ce département. Il bénéficie de l'investiture officielle. Qualifié "d'étranger israélite", il est victime des pires calomnies et la campagne prend un tour très violent. Il n'en est pas moins facilement élu. Il siège de façon assez effacée parmi les députés de la majorité. De nouveau candidat en 1869, il affronte cette fois le baron René Reille. Le gouvernement décide de faire preuve de neutralité entre ces deux partisans de l'Empire. Pereire est battu et renonce à la politique. Il décède alors qu'il est commandeur de la Légion d'honneur. Il préside encore à cette époque la Compagnie générale transatlantique.
Il avait épousé en 1857 Juliette Betzi Fould, fille d'un notaire parisien et proche parente du ministre Achille Fould, de ses deux fils et de son neveu, tous trois députés du Second Empire.

E. Anceau in Dictionnaire des députés du Second Empire, P.U.R., 1999.