Edgar Ney en veneur par Le Gray. (c) RMN

Général, député, sénateur, premier veneur puis grand veneur de l'Empereur.
Né en le 14 mars 1812 à Paris, mort le 13 octobre 1882 à Paris.

Napoléon Henri Edgar Ney est le quatrième fils du maréchal de France fusillé en 1815. Passé par l'Ecole de Saint-Cyr, il choisit la cavalerie, participe à l'intervention en Belgique et à la pacification de l'Algérie.
Officier d'ordonnance de Louis-Napoléon Bonaparte après l'élection présidentielle de décembre 1848, il fait partie, comme lieutenant-colonel, de l'expédition à Rome. C'est là qu'il reçoit la fameuse lettre du 18 août 1849, par laquelle le président de la République se distingue de son gouvernement dans la politique romaine, en subordonnant le rétablissement du pouvoir temporel à l'exécution de réformes libérales dans les États pontificaux. En 1850, à l'occasion d'une élection partielle en Charente, il est élu à l'Assemblée législative, où il siège avec les partisans de l'Elysée.
Aide de camp, premier veneur de l'Empereur le 2 janvier 1853, il est promu général de brigade en 1856, prend le titre de prince de la Moskowa à la mort de son frère aîné, entre au Sénat par décret du 16 août 1859, et est nommé général de division en 1863. Le 30 décembre 1865, enfin, il reçoit la charge de grand veneur de l'Empereur. Prisonnier de guerre le 2 septembre 1870, il accompagne Napoléon III en captivité en Allemagne.

Il avait épousé le 16 janvier 1869 Clotilde de la Rochelambert (1829-1884), veuve du comte de La Bédoyère, dont il n'eut pas d'enfant. Il avait été élevé à la dignité de grand-officier de la Légion d’honneur en 1867.

Source :
- F. Choisel in Dictionnaire du Second Empire. Fayard, 1995.
- article de Wikipedia.

Illustration : Edgar Ney en veneur par Gustave Le Gray, (c) RMN.