Ministre de l'Agriculture et du Commerce le 3 décembre 1851, ministre des Travaux publics le 25 janvier 1852.
Né en 1792, mort 1877.

Après des études de droit, Noël Lefebvre entra dans l'administration du ministère d'Etat puis, en 1814, au Conseil d'Etat, mais fut aussitôt révoqué en raison du retour des Bourbons. Libéral sous la Restauration, il collabora au Nain jaune et au Mercure de France, épousa la fille d'un industriel, Duruflé, dont il accola le nom au sien et dont il devint l'associé. Il quitta les affaires en 1847 puis, après plusieurs insuccès sous la monarchie de Juillet et en 1848, il réussit à se faire élire en 1849 à l'Assemblée législative, comme représentant de l'Eure, son département natal. Il se fit en particulier remarquer par l'amendement qui permit à Louis-Napoléon Bonaparte d'obtenir de l'Assemblée, en juin 1850, une allocation de 2,2 millions de francs en sus de sa liste civile. Nommé ministre de l'Agriculture et du Commerce le 23 novembre 1851, quelques jours avant le coup d'Etat auquel il ne participa pas, il fut maintenu à son poste jusqu'au 25 janvier 1852, et échangea à cette date son portefeuille contre celui des Travaux publics, qu'il conserva jusqu'au 28 juillet. Durant cette période de retour à l'expansion économique, il accorda de nombreuses concessions de chemin de fer et autorisa plusieurs fusions de compagnies. Le jour même de son départ Louis-Napoléon signait le décret qui le faisait entrer au Sénat, aux travaux duquel il prit une part active durant tout l'Empire.
Après 1870, il retourna dans les affaires, où il eut quelques déboires.

Francis Choisel in Dictionnaire du second Empire, dir. J. Tulard, Fayard.