La France de Napoléon III

Le rêve arabe de Napoléon III | Commentaires : 19

Le 17 septembre 1860, Napoléon III met le pied sur le sol algérien. Il a un grand projet en tête : un royaume arabe, qui s'étendrait d'Alger à Bagdad, sous la protection de la France. Un royaume où règnerait l'égalité entre indigènes et Européens. Napoléon III n'était ni un illusionniste ni un rêveur chimérique égaré en terre d'Afrique, mais plutôt un homme en avance sur son temps.

Lire la suite

Haussmann transforme Paris | Commentaires : 2

Le Paris d'Haussmann est en réalité le Paris de Napoléon III. L'Empereur lui-même a décidé, conduit et suivi la politique de gigantesque transformation subie par la capitale durant dix-sept ans. Il a aussi choisi Haussmann le maître d'œuvre capable de la mener à bien.

Lire la suite

Le grand bond en avant de l'économie française

La France devient, sous le second Empire, l'une des premières puissances commerciales européennes. Un miracle, dû à l'esprit d'initiative du gouvernement ? Ou bien une adaptation, plus ou moins réussie, aux mouvements longs de l'économie des pays industrialisés ?

Lire la suite

Les victimes du coup d'Etat

Il est très difficile de dresser le bilan des victimes de 1852. La statistique la plus fiable est celle des "individus poursuivis" devant les commissions mixtes qui ont siégé dans tous les départements durant le mois de février 1852.

Lire la suite

La peur des "rouges" | Commentaires : 2

Le coup d'État du 2 décembre 1851 marque la fin de la seconde République, en fait sinon en droit : c'est le 1er décembre 1852 seulement qu'officiellement le second Empire et Napoléon III succèderont à la République proclamée le 24 février 1848. Mais l'illusion lyrique des premiers mois de 1848 n'avait pas longtemps résisté à la très grave crise économique, sociale et finalement politique, consécutive au choc révolutionnaire : la révolte des travailleurs parisiens, en juin 1848, brutalement écrasée par le général Eugène Cavaignac (un authentique républicain, pourtant), fait s'évanouir le rêve d'une république consensuelle.

Lire la suite

Le coup d'Etat

Au matin du mardi 2 décembre 1851 - jour anniversaire du sacre de Napoléon Ier en 1804 et de la victoire d'Austerlitz en 1805 -, les Parisiens découvrent sur les murs de la ville deux affiches-proclamations, adressées à la population et à l'armée. Le président de la IIéme République, Louis-Napoléon Bonaparte, y annonce la dissolution de l'Assemblée législative, qui a refusé de modifier la Constitution de 1848 et l'empêche ainsi de solliciter un nouveau mandat présidentiel en 1852 ; il invite le peuple de France à lui donner mandat pour rédiger une nouvelle Constitution lui permettant de se maintenir à la tête de l'État, avec des pouvoirs accrus.

Lire la suite

page 2 de 2 -